Dracula ou l’exploit de ne pas être séduite par Rhys-Meyer

Un riche entrepreneur américain, Alexander Grayson, arrive à Londres pour développer une nouvelle technologie : l’électricité. Sous les traits de cet homme d’affaires ambitieux et charmeur se cache le légendaire Dracula, déterminé à se venger de ceux qui ont causé sa perte des siècles auparavant. Aidé du docteur Van Helsing et de Renfield, il met sur pied un plan sans faille. Pourtant, tout sera contrarié par une jeune femme, qui l’obsède et pour laquelle il va tout risquer…

© NBC

© NBC

Jonathan Rhys-Meyer en Dracula dans une Angleterre victorienne. Le projet avait de quoi enthousiasmer si, comme moi, vous avez aimé la performance de JRM en Henry VIII dans The Tudors. Il ne s’agissait pas seulement de dépeindre un Dracula assoiffé de sang, de sexe entassant les victimes pendant qu’il manipule une tueuse de vampire blonde. Placer l’intrigue au XIX ème siècle menait aussi à une représentation de l’homme face au progrès, le rejet de l’étranger, la condition des femmes, l’homosexualité… Bref, il y avait de quoi donner une autre dimension à cet épisode de la vie de Dracula.

Or, la plupart des aspects les plus prometteurs de la série sont peu ou mal traités. L’arrivée de l’énergie électrique n’est envisagée que comme une menace à l’Ordre du Dragon, organisation secrète qui détient le monopole des richesses et des ressources. Le progrès (technologique et humain) est passé sous silence. Mina, figure féministe dans la série, se révèle être une jeune femme soumise aux passions amoureuses comme les autres et les sentiments de Lucy, sa meilleure amie, sont évoqués pour ne pas être entièrement exploités. S’il est sans doute difficile de tout développer, il est néanmoins dommage que ces éléments secondaires n’aient pas permis de mettre en perspective l’histoire de Dracula.

C’est d’autant plus regrettable que cette version 2013 de Dracula est en petite forme. Quand on a vu l’ampleur du talent de Jonathan Rhys-Meyer, on ne peut constater qu’il livre une performance moyenne dans cette première saison. Il séduit, éructe, mord mais n’envoûte jamais réellement. Il faut aussi dire qu’il n’est pas aidé par ses partenaires qui n’arrivent pas à exister ; Nonzo Anosie en fidèle Renfield tient la route mais les autres personnages n’ont l’air que de simples faire-valoir. (La palme de la transparence revient à Oliver Jackson-Cohen, Jonathan Harker dans la série, dont le jeu suscite facilement l’ennui). Même l’un des personnages les plus prometteurs, Abraham Van Helsing, est sous-exploité alors que sa dynamique avec Dracula est bien plus intéressante que la romance Grayson-Mina.

D’ailleurs, même cet aspect de la série n’aura pas été abouti. Dracula aime Ilona, son épouse tuée des siècles auparavant et est attiré par sa réincarnation, Mina. Mais, il aime tellement sa femme qu’il ne peut pas se résoudre à aimer Mina. Mais, Mina le fascine tellement et lui rappelle tellement Ilona qu’il ne peut pas vraiment ne pas l’aimer et qu’il est prêt à affronter le soleil pour elle. Ainsi, la storyline devient lassante au bout de 10 épisodes et on peine vraiment à croire que Dracula puisse être amoureux de cette terne Mina.

Au vu des audiences et de sa case horaire, il est probable que Dracula soit annulée en fin de saison. C’est dommage, la série n’est pas dénuée d’intérêt et pouvait (peut-être) réussir là où un Do No Harm (série mort-née, diffusée par NBC qui reprenait le thème de Jekyll & Hyde) avait échoué. On ne peut qu’espérer que cette possible annulation amène Jonathan Rhys-Meyer sur un projet plus prometteur.

JM

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s