QI – « Prenez, ceci est son corps… »

© OCS

© OCS

Karine, plus connue sous le pseudonyme de Candice Doll, est en train de devenir une star prometteuse du film X en France. Mais suite à un problème de santé, Karine prend du recul sur sa vie, et sent que cette voie qui lui a été toute tracée par son petit ami Franck ne lui convient plus. Elle décide alors, contre l’avis de tous et en cachette, de s’inscrire en philosophie à la Sorbonne. Ce monde qui la fascine et l’attire, effraie son entourage, bien habitué à profiter d’une manière ou d’une autre de sa notoriété précoce. Cependant, bien décidée à se confronter aux préjugés des uns et des autres, Karine entame une quête vitale : rechercher une liberté qu’elle commence à remettre en question. Sa soif de connaissance et la compréhension des questions philosophiques qu’elle se pose la conduisent rapidement vers l’extase. Une extase psychologique et physique, qui va même jusqu’à lui procurer des orgasmes.

(Source : Allociné)

Après une première saison remarquée, QI revient pour une deuxième saison sur la chaîne OSC. QI se distingue par sa sobriété et son réalisme : dans cette série, vous ne trouverez pas d’effets spéciaux, pas d’esthétique particulière et on aurait presque envie de dire pas de « chichis ». Karine évolue dans le même monde que nous et on la regarde à travers un oeil simple mais réel de congénère. Dans une période où les productions fictionnelles américaines ou françaises se veulent de plus en plus léchées, étudiées ou violentes, la limpidité de celle de QI étonne, dérange peut-être mais fait beaucoup de bien à cette intrigue qui se veut la plus réelle possible. Chapeau aux producteurs qui ont probablement dû faire beaucoup avec peu mais n’ont pas pour autant sacrifié leurs ambitions.

A côté de cela, Alysson Paradis est convaincante en Karine Miguet/ Candice Doll, jeune femme un peu perdue, légèrement naïve mais néanmoins totalement consciente de l’image que les autres ont d’elle. D’ailleurs, elle parvient même à paraître assez vulgaire pour être crédible en star du X et reste classe et jolie. Le jeu des autres acteurs est à la hauteur de la performance d’Alysson Paradis. Convaincants, ils arrivent à faire entrer dans l’intrigue de QI et à nous toucher (surtout Alain Dion, le pauvre Jean-Pierre Miguet qui subit le mode de vie de son femme).

En soi, si QI ne m’a pas complètement enthousiasmée, la série est sur la bonne voie pour devenir une solide réalisation française. Quelques aspects restent à développer (l’humour pas toujours au rendez-vous et un léger manque de rythme) mais, grâce à ses acteurs doués et une réalisation sincère, le meilleur est à venir pour la série d’Olivier de Plas.

JM

Q.I._preview
JM me passe le mic’ et j’enchaîne donc avec mon avis sur cette saison 2 de QI :
Qui dit Saison 2, dit changements, voici une petite liste des changements auxquels vous pouvez vous attendre durant cette nouvelle saison :
  • La saison 2 s’est débarrassée de générique, ce qui est une bonne chose, car le générique de départ n’était vraiment pas top, et ils ont opté par juste une petite apparition du titre.
  • Fini la philosophie, place à la religion !
  • Certains changements au niveau du casting : la copine de Karine n’est plus là, elle est « remplacée » par la nouvelle copine de Franck. Les banquiers prennent une place plus importante que dans la saison 1. De plus on a l’arrivée du nouveau voisin de Karine, et de Sœur Soizic qui va l’éduquer dans la religion.
  • Plus de budget que pour la saison 1 : donc plus de liberté et de possibilité dans la réalisation.

Le changement de storylines est intéressant, Karine ne trouve pas les réponses à ces questions avec la philosophie, puisque que finalement la philosophie consiste à se poser des questions auxquelles il n’existe pas de vraies réponses, et décide de se tourner vers la religion après une discussion avec son ancien professeur de philosophie. Elle espère pouvoir retrouver ses extases précédentes avec la religion.

Cependant, les débuts ne sont pas faciles, parce que la religion catholique va à l’inverse de son ancien métier,  oui, regardons la vérité en face, mais aussi à l’encontre de ce que ces parents lui demandent de faire pour faire la promotion de leur club.

Côté humour,  j’ai trouvé ça assez drôle également, sur la même lignée de la saison 1, et c’est très plaisant. L’humour reste léger, et on voit que les scénaristes essayent de ne pas tomber dans la lourdeur, qui reviendrait à choisir la facilité étant donné le milieu dans lequel se déroule la série, et ça, ça le très bon point de la série.

Néanmoins, ce que j’avais aussi aimé dans la saison 1 c’étaient ces scènes très touchantes avec Karine qui avait dû mal à s’adapter à sa nouvelle vie, du coup j’espère qu’on aura encore le droit à des scènes de ce genre dans la saison 2. Ce n’est pas parce qu’il s’agit d’une comédie, qu’il faut que ce soit juste blagues et rigolades. Les scènes plus sérieuses et invoquant des blessures personnelles, des ressentis, sont aussi ce qui apportent plus de profondeurs aux personnages et qui les rendent plus attachants. D’ailleurs, comme JM, j’espère que pour la saison 2 on va assister à une rébellion du beau-père de Karine, le pauvre Jean-Pierre, qui se laisse marcher dessus depuis le début de la série par sa femme.

Si cette deuxième saison arrive à développer ses personnages secondaires, aussi bien que le personnage de Karine/Candice, je pense que QI pourra compter parmi les valeurs sûres des nouvelles séries françaises.

MLC
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s