« As long as we’re together, nothing bad can really happen, right Norman ? » – En théorie peut-être, mais dans Bates Motel, j’en doute.

Pour commencer je tiens à préciser que je ne vais pas trop aborder le côté « prequel » de la série parce que je n’ai pas vu le film Psychose, (Oui, oui je sais, je devrais le regarder), ni lu le livre d’ailleurs. Du coup je me concentre plus sur la série en elle-même.

Bates Motel est la nouvelle série diffusée sur A&E, créée par Anthony Cipriano, et aux commandes de laquelle on retrouve Carlton Cuse (Lost) et Kerry Ehrin (Friday Night Lights, Parenthood). On retrouve Freddie Highmore dans le rôle de Norman Bates (mais si vous savez, c’est Charlie de Charlie et la Chocolaterie) et une épatante Vera Farminga (Up in the Air) dans le rôle de sa mère, Norma Bates.

url1

Quelques mots sur le pilot…

Bates Motel a la chance d’être incarné par de bons (voire très bons) acteurs. Quand je dis ça, je pense notamment à Vera Farminga que j’ai trouvée vraiment convaincante dans ce pilot. Elle pourrait uniquement apparaître comme une mère sur-protectrice, mais elle arrive à nous mettre mal à l’aise, et on comprend que c’est plus que ça, que cette relation mère-fils est à la limite de ce qui est approprié. Pour moi, elle est l’atout majeur de ce pilot.

Toute la partie qui se déroule autour du motel et de la maison était vraiment ma préférée, les décors et la musique font qu’on est dans une perpétuelle « angoisse », dans une ambiance pesante. La seule scène qui m’a beaucoup dérangée est l’arrivée des policiers au motel, une façon, j’ai trouvé, de créer du suspens gratuitement, ce n’était pas crédible, la seule véritable fonction était de faire monter la tension d’un cran mais sans aucune subtilité.

De fait, ce pilot aurait presque pu être très bon, malgré cette scène dérangeante, cependant, ce n’était pas la seule. Il y a tout un côté de l’épisode où Norman est au lycée, où il rencontre des filles du coin, et j’ai trouvé ces scènes peu crédibles finalement. Peut-être parce que je n’arrive pas à voire où elles vont nous mener, où tout simplement parce qu’entre les scènes du lycée et les scènes au motel j’ai l’impression qu’on change d’époque. Au motel, on se sent dans les années 50-60 (même si l’iPhone des Bates est là pour nous prouver le contraire) et dès que Norman est au lycée on a l’impression de faire un bon dans le temps est d’être dans les années 90-2000. Et puis toutes ces filles qui sont « amoureuses » de Norman dès qu’elles posent leur regard sur lui.. Freddie Highmore n’est pas vilain, mais ce n’est pas non plus la description d’un Don Juan.

Mais bon, malgré cela, j’ai quand même bien apprécié l’épisode, je ne me suis pas ennuyée et après le visionnage je n’étais pas dans un état d’incertitude comme après Cult.

bates-motel

Quelques comparaisons avec les autres « tueurs en séries » du moment…

Ce pilot étant le troisième dans la lignée des séries ayant pour thématique les « tueurs en séries », de fait je me sens un peu contrainte (bon et j’ai envie aussi), de comparer celui-là avec les deux autres. Après le visionnage de Cult, je ne savais pas trop quoi penser, est-ce que ce que je venais de voir était très prometteur ou alors est-ce que la série allait droit dans le mur ? Après quelques épisodes, je dois avouer que je ne sais toujours pas, même si je penche pour le mur. Alors qu’après avoir regardé Bates Motel, j’étais satisfaite, le pilot avait rempli son rôle, m’avait intrigué et donné envie de voir la suite, non pas pour que je puisse me faire un avis sur la série, mais parce que j’en avais envie. Un peu comme pour The Following finalement. Cependant, j’en attends plus de Bates Motel maintenant, The Following a tendance à trop rester dans les sentiers battus et nous surprend de moins de moins à chaque épisode car on a compris son fonctionnement et j’attends plus de subtilité de la part de Bates Motel. Reste à voir si mon souhait sera exaucé.

Bates_Motel

Quelques mots sur le « prequel »…

On qualifie cette série de préquelle car elle raconte l’enfance de Norman Bates et comment cet adolescent comme les autres est devenu le serial killer qu’on connait tous (Oui, même si on n’a pas vu le film). Cependant, on remarque tout de suite que ce préquel se déroule à notre époque, ce qui permet tout de même de laisser une certaine liberté à la série qui se voit détachée quelque peu du carcan d’une préquelle. C’est d’ailleurs ce que dit Carlton Cuse dans une interview, ils ont envisagé la série plus comme un hommage, ainsi permettant une certaine liberté d’action (source : The Hollywood Reporter).

Bien sûr, c’est une sorte de sécurité, que de dire qu’on ne va pas respecter la mythologie déjà existante, car de le dire en avance comme cela permet d’éviter toutes les remarques qui pourraient dire « ce n’était pas comme ça dans le film ». Après tout, c’est à nous téléspectateurs, d’accepter le fait qu’ici on nous offre une version, une vision, une possible explication, à ce qui a amené Norman Bates à devenir l’homme qu’il est dans Psychose. Je pense que c’est assez important de garder ceci en tête. Peut-être est-ce plus simple pour moi qui n’est pas vu le film d’apprécier la série.

PS : Si quelqu’un a compris quelque chose ou a des théories quant à la toute dernière scène de l’épisode, j’aimerai beaucoup entendre vos explications !

Voici le lien de l’interview si vous voulez en savoir plus : ‘Bates Motel’s’ Carlton Cuse, Kerry Ehrin on the ‘Psycho’ Appeal, Lessons From ‘Lost,’ ‘FNL’.

Traduction titre : « Tant que nous serons ensemble, rien de mal ne pourra nous arriver, n’est-ce pas Norman ? »

MLC

Publicités

2 réponses à “« As long as we’re together, nothing bad can really happen, right Norman ? » – En théorie peut-être, mais dans Bates Motel, j’en doute.

  1. En ce qui concerne la dernière scène, je pense qu’on peut supposer qu’il s’agit de l’auteur du carnet de dessins (celui que Norman trouve sous la moquette) et sa jeune otage à laquelle il injecte de la drogue.
    Voilà encore une personne malveillante avec qui il va falloir en découdre dans les prochains épisodes.
    Ça promet !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s